Secteur axone

 

Au seuil d’une masse grise, lourde, austère

Glissait des colonnes d’asphalte,

D’où s’émancipaient effluves mortuaires.

.

Surplombées d’une mer d’ozone,

Les masses découpaient cette nuit chimique

En formes graves, lourdes, rongées par le carbone.

N’en déplaise à la gravité, les ondes sismiques

S’envolaient dans une fine pluie d’acétone,

Débusquant les derniers autochtones,

Survivants des instabilités thermiques.

.

Le gris au grenat,

entreprit la reconquête

D’une terre sans êtres,

D’une terre recouverte,

Mais en vain. Sa quête

Ici, là, s’acheva.

*

©Strochnis

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s